V.I. Pâques en Provence - 2 avril 2010 (2ème jour)

Publié le par Fantomette à vélo

 

 

 

2 avril 2010 - Crest/Vaison-la-Romaine  - 110 km

 

Après une bonne nuit passée chez les sœurs Clarisse et un bon petit déjeuner, nous quittons Crest à vélo avec une température très fraîche mais le ciel est d’un bleu magnifique et laisse présager une journée qui va « chauffer », chouette alors !

 

 

Nous passons à Aouste-sur-Sye

 

 

CIMG2296--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Puis au creux de magnifiques gorges très humides

 

Yves au fond


CIMG2297--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Les 3 becs enneigés


 

CIMG2298--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

 

Et nous arrivons au Col du Pas de Lauzun

 

Michel G.

 

CIMG2299--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

S’ensuit une petite descente, Evelyne roule devant moi.  Une voiture me double, puis la double et à ce moment-là, j’entends une véritable explosion, comme un coup de pistolet ! La voiture file et Evelyne est toujours vivante, ouf ! Elle s’arrête car on dirait que c’est son pneu qui a fait ce bruit.

Le pneu est réparé par Michel G. et Yves D. qui change la chambre à air qui est dégonflée, et Françoise part prévenir les autres de la raison de notre retard.


CIMG2301--Resolution-de-l-ecran-.JPG


CIMG2302--Resolution-de-l-ecran-.JPG


Mais il y a aussi un petit trou dans le pneu lui-même et si Evelyne repart ainsi elle n’ira pas loin.  Donc, on redémonte la roue et Michel colle une rustine sur le pneu et ajoute un morceau de chambre à air rectangulaire comme emplâtre pour tenir encore quelques kilomètres. Evelyne essaye de prévenir avec son portable ceux qui sont partis devant mais comme nous sommes dans un coin très encaissé, les ondes ne passent pas.  En fait, le problème est que les patins de freins arrière d’Evelyne touchent le pneu et l’abîment, comme il y a deux ans lors du BCMF dans le Jura où son pneu avait littéralement éclaté.  Nous repartons donc en roulant doucement car Evelyne ne peut freiner qu’avec les freins avant et la pente est bien marquée ! Evelyne est très prudente.  Nous passons dans un endroit très encaissé, glacial et à l’ombre, on dirait qu’il fait zéro degrés,  je suis frigorifiée.  Nous entrons dans la forêt de Saoû, domaine assez impressionnant.  Un peu d’histoire, grâce à Yves D. à nouveau.


En 1924, Maurice Burrus, député du Haut-Rhin, homme d’affaires fortuné et magnat du tabac, originaire de Ste-Croix-aux-Mines en Alsace (1882-1959) décide d’acheter la forêt de Saoû pour en faire une chasse.  Mais il se ravise et décide d’en faire un parc naturel ouvert au public.  Amoureux des grands domaines forestiers, Maurice Burrus a pour ambition d’ouvrir sa forêt à tous.  Il plante de nouvelles essences (pins noirs d’Autriche, cèdres de l’Atlas, etc …) et réalise un circuit touristique en aménageant un chemin de 28 km partiellement goudronné, jalonné d’aires de pique-nique et d’équipements pour les promeneurs.  Il confie à Paul Boyer la construction d’une auberge inspirée du petit Trianon et de l’Orangerie de Versailles.


Paul Boyer, architecte à Romans-sur-Isère, travaille dès 1928 à la construction de l’Auberge des Dauphins. L’auberge obtient dès 1934 deux macarons et trois fourchettes au guide Michelin.  Pendant la 2nde Guerre Mondiale, elle est très abîmée, puis abandonnée.  Aujourd’hui, l’auberge des Dauphins apparaît comme une construction insolite, une « folie » qui fait partie du patrimoine des Saoûniens et des Drômois.  Propriétaire depuis 2003, le Département de la Drôme a déjà conduit des travaux de conservation et de mise en valeur.


Lorsque M. Liautard, instituteur, fut nommé à l’école de Saoû en 1930, il arriva avec son petit bagage et fut accueilli par l’industriel qui le conduisit aussitôt dans la classe qu’il avait fait aménager dans la salle de billard du château.  Il y avait tout le confort et les pupitres étaient réglables. M.Burrus lui dit « Vous avez carte  blanche, je vous fais confiance.  Achetez tout ce qui est nécessaire.  Vous serez logé dans une chambre du château et la gouvernante s’occupera de votre ménage ».  L’instituteur n’en croyait ni ses yeux, ni ses oreilles.  C’était pourtant bien vrai et pendant 4 ans il mena ainsi la vie de château avec ses 18 élèves, tous enfants d’agriculteurs, d’employés, de bûcherons et de gardes forestiers. Il prenait ses repas dans la magnifique auberge des Dauphins qu’on appelle aujourd’hui le « Petit Trianon », tristement délabré et que beaucoup de promeneurs confondent avec le château qui n’existe plus.

 

Eglise de Saôu

 

CIMG2303--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

 

Petite pause au café/restaurant "L'oiseau sur sa Branche"


Chaque année, en juillet a lieu le Festival « Saoû chante Mozart ». Il y a quelques années, j’ai justement assisté à un concert en plein air, le soir, au cœur de la forêt de Saoû, c’était magique comme ambiance avec la nuit qui tombait.


 

CIMG2304--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Le pneu d’Evelyne est changé pour éviter tout problème par la suite.  Evelyne ne trouve plus son portable et il est question de remonter en camionnette avec la remorque pour voir si il n’est pas tombé dans l’herbe lors de la réparation.  Finalement, elle le retrouve dans la camionnette où il était tombé de sa poche car il fallait littéralement plonger en avant dans le coffre pour avoir accès aux affaires ou pour ouvrir les portes, celles-ci ne s’ouvrant pas de l’extérieur .  


Ruines sur les hauteurs

 

CIMG2305--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

CIMG2307--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Nous passons à Soyans, puis Pont-de-Barret, ancienne cité gallo-romaine, avec un pont romain sur le Roubion  L’architecture est dauphinoise, avec un dédale de rues et d’escaliers pittoresques et fleuris, un joli petit village en somme.  Au début du XXième siècle, il y avait quelques industries qui ont maintenant disparu : usine de chaux, embouteillage d’eau minérale « La Souveraine » et moulinages de soie.


Yves propose à ceux qui le souhaitent de passer une bosse supplémentaire en montant à Eyzahut.  Je m’y lance donc avec Christophe, Benoît et Michel F. 


 

CIMG2309--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

 

Effectivement, nous avons une bonne montée avant d’atteindre le village d’où nous aurons une vue superbe.

 

Arrivée à Eyzahut


CIMG2310--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Eyzahut : nom d’origine celtique = « nid d’aigle ».  Les seigneurs d’Eyzahut étaient au Moyen-âge, commandeurs du Poët Laval, village dominé par des falaises et plus de 800 m.

 

Vue à la descente


CIMG2311--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

C'est magnifique

 

CIMG2312--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Les deux frères


CIMG2313--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Nous rejoignons le reste de la troupe installé pour le pique-nique dans le Parc de la Bégude de Mazenc où Daniel C. les a déjà rejoints.

 

CIMG2314--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

 

CIMG2315--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

La Bégude est composée de 2 sites distincts : le village de la Bégude-de-Mazenc (où j’ai appris à nager à la piscine municipale quand j’étais petite, hé, hé), et le vieux village « Châteauneuf-de-Mazenc », en haut de la colline, couronné par un beffroi.  Du haut du vieux village, il y a une vue sur la Valdaine agricole.

 

Après nous être rassasiés, nous partons en direction du Poët-Laval, abrité du Mistral car se trouvant plein sud, et classé l’un des plus beaux villages de France, avec son ancienne commanderie de l’ordre des Hospitaliers de St Jean-de-Jérusalem, dont le premier grand-maître, Raymond du Puy, était originaire de la région. 

 

CIMG2317--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

 

CIMG2318--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

 

 

CIMG2319--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

On y trouve un Musée du Protestantisme Dauphinois dans l’ancienne demeure d’un chevalier-Hospitalier, qui abrita également un temple aux XVIIième et XVIIIième siècle, dans le même temps il servait de « maison commune » au village.  Cette double fonction sauva d’ailleurs le temple de la destruction lors de la révocation de l’Edit de Nantes, ce qui en fait l’un des plus anciens de France.  Le vieux village accueille de nombreux artistes, amateurs et professionnels.  Le donjon massif du château dominant le village a été construit au XIIème siècle.

 

Le village en entier, dommage qu'il y ait la grue ...

 

CIMG2320--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Nous repartons ensuite en direction de Dieulefit en empruntant la piste cyclable, ce qui est appréciable.

 

Il fait un temps magnifique, c’est très agréable de rouler avec cette météo .  Le soleil chauffe et je quitte la veste thermique.

 

CIMG2321--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Arrivée à Dieulefit

 

CIMG2322--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Pierre et Evelyne devant


CIMG2323--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Dieulefit, l’une des capitales intellectuelles de la France sous l’Occupation selon Aragon, et l’une des nombreuses capitales de la poterie, où passe le Jabron.

 

Nous passons ensuite à La Roche-St-Secret, à l’origine de 4 villlages.  Pendant les guerres de religions, ce village et Beconne étaient pro-catholiques, Alençon et Blacon étaient pro-protestants.  Alençon fut détruite, sauf le donjon.

 

Nous croisons un groupe cyclo qui nous salue joyeusement.


CIMG2324--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Nous passons près du village « Le Pègue », petit village où curieusement se trouve un musée archéologique très intéressant que nous avons visité avec Bruno et Nathalie il y a quelques années.

 

Vignes et neige


CIMG2325--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

 

Vue sur Vinsobres


CIMG2327--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

Mirabel-aux-Baronnies est une ancienne capitale de la tribu des Voconces, gaulois battus en 125 par les romains lors de la conquête de la Narbonnaise. Ils peuplaient le triangle Grenoble-Ventoux-Manosque.  Le quartier juif fut rasé en 1350 sous prétexte de propagation de la peste.  Les guerres de religion y ont fait de gros dégâts.  Une colonie italienne importante en 1850 a construit l’un des premiers réseaux d’adduction d’eau communale qui fonctionne encore à partir d’une source nommée la « Tune ».

 

Françoise et Michel G. à l'entré de Mirabel, notre dernière halte avant Vaison.


CIMG2329--Resolution-de-l-ecran-.JPG

 

 

Nous arrivons à Vaison-la-Romaine en fin d'après-midi au gîte très confortable "L'Escapade" où nous séjournerons jusqu'au lundi matin.

Publié dans Cyclotourisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fabien 10/04/2010 10:44



Votre voyage a l'air plutôt sympa!


 


Pour les crevaisons, y a une question de chance: j'ai pu crevé deux fois en quelques semaines et jamais depuis (+4000 km depuis).


Pour l'entretien, c'est surtout important pour une question de sécurité!



Fantomette à vélo 11/04/2010 17:22



Oui, ce VI était super sympa et convivial comme je te le disais ce matin quand on a roulé ensemble, on a traversé des paysages magnifiques. Tant mieux si cela ressort à travers mes récits, c'est
bon signe .


Oui, c'est toujours très bizarre ces histoires de crevaisons et ça n'arrive jamais au bon moment !


Il est certain que les vélos demandent un entretien régulier, ne serait-ce que pour être sûr que les patins de freins ne sont pas trop usés .



Gérard 09/04/2010 21:26



Le Mont Aigoual, dans la direction que tu indiques, c'est fort possible, mais je n'ai pas la réponse.


La prochaine fois que j'y monte, et si le temps est clair, je regarderai avec attention.


J'en parlerai avec mes collègues de club.


 



Fantomette à vélo 11/04/2010 17:16



OK, merci Gérard.



Saturnin 09/04/2010 20:13



Eh non, pas de photos pour la Trace. Bêtement, j'ai oublié mon appareil photo sur mon bureau. J'ai quelques regrets, mais je me suis rattrapé le dimanche en empruntant l'appareil d'Evelyne le
dimanche.


Pour le VI, j'attends avec impatience celui de septembre !



Fantomette à vélo 11/04/2010 17:15



Oui, et pense à prendre ton appareil photo pour le VI de septembre



Saturnin 09/04/2010 07:36



Pour les crevaisons, il y a aussi une part de chance, qu'on le veuille ou non. L'an dernier j'ai crevé à l'Ardéchoise avec un pneu quasi neuf, avant de faire 100km sans encombre le lendemain avec
un pneu usé jusqu'à la toile sur 15cm suite à un freinage d'urgence.


Ce compte-rendu (peut-être un peu trop de photos à mon goût ) me donne quelques regrets de ne pas avoir participé au
VI,mais la Trace était sympa aussi. Et je me rattraperai au VI de septembre.



Fantomette à vélo 09/04/2010 19:34



Comment ça : TROP DE PHOTOS ???    Euh, pour la Trace, on ne peut pas dire qu'il y ait abondance de clichés
..., hé, hé ?


En tous cas, oui, ce VI t'aurait bien plus pour plusieurs aspects : paysages magnifiques, visites, ambiance ... Qu'est-ce qu'on a pu se fendre la pêche , incroyable, vraiment ! Mais tu te rattraperas au VI de septembre.  Attention, je risque d'y aller aussi ! On pourra faire un "concours de photos" si tu veux ??



cricri le cyclo 08/04/2010 20:50



pour Pierre, merci de l'info. Mais en général à l'ATSCAF je suis désolé, si un certain nombre entretient bien son vélo, une autre bonne partie ne le fait pas.. A la lecture de la lettre, tu peux
même trouver les noms...


 


Je connais pas mal de monde qui fait plus de 8000 bornes par an sans crevaison (ce qui n'est pas mon cas)



Fantomette à vélo 09/04/2010 19:31



C'est sûr que 8.000 km sans crever, ça doit être grâce à l'opération du St Esprit !!!


Moi je compte beaucoup sur Bruno pour "détecter" les défauts car techniquement parlant je suis une vrai catastrophe
et ça ne m'intéresse pas trop ! C'est typiquement féminin ce genre de réaction, la mécanique -----> c'est plus pour les ... garçons !!!